Sélectionner une page

Comme il fait froid et que je m’ennuie de ne pas jardiner, j’ai décidé d’apprendre à faire des plans à l’aquarelle pour montrer à quoi ressemble (ou ressemblera bientôt) le terrain des petites feuilles !

J’ai nommé tout ça « Jardins de St André » car sur la colline juste au dessus (à l’est) se trouve une petite chapelle dédiée à St André. Voilà, pourquoi chercher midi à 14 heures j’ai envie de demander : )

Et jardins au pluriel parce que c’est comme ça que j’ai imaginé le découpage du terrain, en plusieurs jardins. Il y a plusieurs raisons : d’abord, c’est plus agréable de travailler dans des petites parcelles que des parcelles dont on ne voit jamais le bout. Les désherbages sont psychologiquement un peu plus accessibles !

La topographie du terrain imposait aussi certaines contraintes : tout le terrain est en longueur, le jardin D est surélevé au dessus d’un muret, il faut pouvoir passer en véhicule entre les jardin A et B etc. Bref tout ceci s’est fait aussi un peu naturellement. Et puis bon, c’est sympa d’avoir plusieurs jardins !

Une autre raison, c’est que pour piloter l’irrigation, il est plutôt intéressant d’avoir réparti les plantes en fonction de leur besoin en eau. On arrosera donc plus souvent un jardin, plus rarement un autre. 

Récolte de Verveine dans le jardin B

Cela permet aussi de tester plusieurs techniques de jardinage, avec des planches plus ou moins larges, paillées ou non, désherbées à la main ou entretenues à la binette etc.

Les tous premiers rangs dans le grand jardin des méditérranéennes

 La cabane et la serre ont trouvé leurs places à des endroits assez plats, en haut du terrain (le plus éloigné possible de la rivière, dont il faut toujours se méfier…), et ont une position assez centrale sur le terrain.

Bientôt, j’espère pouvoir installer des panneaux solaires proches de la cabane pour remplacer ma pompe thermique et apporter de l’eau proprement à toutes mes cultures. Ça donnera à peu près quelque chose comme ça !