Les jardins des petites feuilles

C’est dans l’Aude en Occitanie, au cœur d’une nature préservée, que je cultive depuis 2018 les plantes de mes tisanes.

Situées à 350 mètre d’altitude, dans la vallée du Sou, un affluent de l’Orbieu, les parcelles sont bordées par la rivière, utilisée pour l’irrigation.

Plusieurs dizaines de plantes s’épanouissent ici, sur ce terrain d’un demi hectare découpé en différents jardins.

Le jardin des méditerranéennes

Ce jardin de plantes vivaces accueille les sauges, l’hysope, la sarriette, les thyms…

Les plantes sont introduites en automne ou très tôt au printemps. Elles sont légèrement irriguées la première année ou en cas de trop forte chaleur l’été. Elles peuvent s’épanouir pendant quatre ans ou cinq ans, jusqu’à plus de dix ans pour les lavandes par exemple.

Les cueillettes sont souvent assez rapides : ces plantes sont généralement cueillies à la faucille ou à la serpette, et triées après séchage. Les herbes folles dans les rangs doivent être régulièrement désherbées pour garantir une récolte soignée.

 

Le jardin des fleurs

J’y cultive des plantes annuelles, un peu plus gourmandes en eau, dont beaucoup produisent des fleurs : calendula, bleuet, camomille matricaire, mauve… mais aussi différents basilics, ou de l’ortie.

Les inter-rangs restent enherbés car j’y passe beaucoup de temps à cueillir, feuille par feuille ou fleur par fleur : on peut passer parfois plus d’une journée sur le même rang ! Autant être à l’aise…

C’est un lieu idéal pour s’allonger au milieu des fleurs et regarder s’affairer tous plein d’insectes tout au long de la saison – mais tout le monde a du travail en été, et les cueilleurs ne peuvent pas trop lambiner !

Le grand jardin

Il est composé de planches permanentes de 22m de long et larges de 1m, où sont cultivées des plantes annuelles ou pérennes. C’est ici que l’on trouve les menthes, la camomille romaine, la verveine, l’agastache etc.

Un espace assez large est prévu ici aussi pour passer des heures entre les planches, parfois à plusieurs. Comme pour les autres jardins, l’herbe est tondue à la tondeuse electrique ; pas de moteur thermique, l’entretien des rangs au cours de la saison se fait toujours avec des outils manuels.

Autour des cultures…

Autour des parcelles destinées à la production pour l’herboristerie, le jardin se fait plus sauvage, avec des bordures plantées, des haies, des arbres fruitiers ou des petits fruits…

Les lignes de cultures cotoient ces lieux où le jardinage se fait plus spontané et léger, pour laisser place à l’observation, et à la découverte.

Dans la serre

À la fin de l’hiver, on y réalise de très nombreux semis en mini-mottes : toutes les plantes du jardin vont d’abord grandir ici.

À plusieurs périodes de l’année, des boutures permettent de produire les plantes à multiplication végétative.

Il faudra attendre le printemps pour que toutes ces petites feuilles rejoignent les jardins ! La serre servira alors uniquement à accueillir quelques légumes pour les jardiniers – les plantes de nos tisanes, elles, profitent en plein champ du climat des Corbières.