Un tour autour du soleil

15/03 2020

« La vie est très chère mais, pour ce prix-là, on a droit chaque année à un voyage gratuit autour du Soleil. »

Albert Einstein

On est en Mars 2020, et les Petites feuilles ont fait leur première saison complète, une révolution, un tour autour du soleil !

Et si je vous parle de ça, c’est parce que j’arrive doucement mais sûrement sur une rupture de stock saisonnière !

La saisonnalité, ça n’est pas juste une histoire de climat, de bons moments pour semer, planter, récolter ou dormir ! Toutes les activités agricoles s’articulent autour des saisons, et l’organisation du travail au fil du temps est contrainte par les possibilités du calendrier naturel.

Toutes les productions ont une saisonnalité, et des tomates aux fromages de chèvres, il faut savoir adapter sa consommation. Bien sur, en cherchant bien on trouve de tout tout le temps, serres chauffées, désaisonnement des troupeaux, productions délocalisées, toutes les techniques de sioux sont possibles (et à boycotter généralement).

Le désaisonement, ou contre-saison, c’est quand on change le cycle naturel de reproduction d’un troupeau

L’avantage d’un produit stabilisé (séché, en bouteille, en conserve) c’est qu’on peut l’avoir toute l’année. Pourtant en fonction de la durée de conservation, des dates de récoltes et du stock, on peut se retrouver coincé.

Pour moi la saison de récolte commence doucement en février / mars pour se terminer fin octobre. Le pic de récolte est en juin / juillet. C’est à partir de cette période que presque toutes les plantes ont été récoltées au moins une fois, et que l’on peut commencer à faire des mélanges avec les plantes de l’année.

La cahier des charges SIMPLES, que j’applique pour ma production et ma transformation, fixe comme date limite de consommation pour les parties aériennes une date inférieure ou égale à 18 mois après la récolte (la majorité des plantes que je propose sont des parties aérienne, les racines peuvent avoir des durées plus longues mais sont réservées à la maison ou pour les tisanes sur mesure).

En 2019, j’avais fixé mes DLUO (Date Limite d’Utilisation Optimale) à 12 mois. C’est trop peu, car les plantes se conservent correctement bien plus longtemps. Et puis il y a forcément une période délicate pour la commercialisation : dès que l’on approche de la récolte d’une plante (donc 12 mois après la récolte de l’an dernier si vous suivez bien) on a en stock des plantes dont la DLUO est trop proche pour être commercialisé, ou dépassée.

Au passage, des plantes trop vieilles (celle qui n’ont plus de goût, qui sont toutes grises) vont bien sur au compost, et pas à la poubelle. Sans compost à la maison, ça fera un super paillage pour des pots de fleurs ! En tout cas, pas de risque à les consommer, à part de se payer une tisane un peu tristounette.

Pour la saison 2020, je vais fixer toutes mes DLUO à 18 mois. Même comme ça c’est parfois complexe avec les tisanes composées, car le mélange prend alors la DLUO de la première plante cueillie ! Par exemple mon mélange Prélude contient du Romarin récolté en février / mars et des méditerranéennes qui peuvent arriver tard dans la saison (j’ai déjà fait des coupes en octobre ou novembre).

La première plante récoltée en mars + 18 mois, on arrive tout pile à la fin de la récolte de l’année suivante ! Ça veut dire que les derniers Préludes auront une DLUO trop courte.

Allez je fais un petit dessin (mais sur excel bien sur, passion tableur oblige) : En bleu la récolte de l’année, en vert la période de disponibilité par rapport aux dernières plantes nécessaires et à la DLUO.

Et vous imaginez l’angoisse avec une DLUO 12 mois ? La moitié de l’année sans Prélude !!

Bon j’avais vu un peu venir le problème et j’ai fait des exceptions, mes Préludes 2019 ont des DLUO en Juillet 2020, et heureusement je serai en rupture avant.

Au final, pas le choix : il faut jongler entre les ruptures de stock et les DLUO parfois trop courtes. Les ruptures de stock ne font plaisir à personne, et s’il reste des plantes après la DLUO, c’est un peu du gâchis… Il faut donc bien travailler son prévisionnel de récolte et de transformation pour éviter rupture et dépassement au maximum. Bref, pas si simple même pour un produit stabilisé hein ?

En fin de saison, on peut privilégier les plantes seules, qui sont de fait moins complexes à approvisionner : sur une tisane composée, si je suis en rupture sur 1 plante ou 2, il peut rester 3 ou 4 plantes en stock, utilisables en simples ! C’est l’occasion de tester les goûts et les mélanges de plantes à la maison.

Notez bien que l’on peut aussi produire des gros volumes de plantes avec des machines, dont le prix est moins cher, et qu’on aura moins de scrupule à jeter une fois la date limite atteinte : plus de problème de stock ! Du coup il faudrait être fou pour produire et récolter à la main non ?

Bon dépêchez-vous de commander tant qu’il reste des Préludes !

Sinon vous serez obligé de boire de la Sarriette seule et c’est vraiment délicieux…

2 Commentaires

  1. martinet

    hey hey, j ai pas franchement compris le truc du DLUO mais bon, mais on te fait confiance ! . J attends le retour en stock de la menthe poivrée (aucune idée de sa saison) et je fais une commande avec tout (les DLUO, les plantes seules, les mix et le sel et …tout le reste !!)
    Merci et bon courage en tous cas, j ai hâte !

    Réponse
    • William

      Bonjour, les DLUO c’est la Date Limite d’Utilisation Optimale, le fameux “A consommer de préférence avant le…”
      La menthe poivrée arrivera dans l’été, il va falloir attendre encore un peu.
      D’ici là, plusieurs autres lots de plantes seront peut être “périmés” (la DLUO sera dépassée)… typiquement, ça peut valoir le coup de faire une petite commande sans la menthe poivrée : )

      Réponse

Soumettre un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *